Retraites : penser la pénibilité… et la transition !

AdobeStock_209174876

En ces temps de contestation de la réforme des retraites, il pourrait sembler urgent pour les entreprises d’éviter ce débat politique brûlant.

Et pourtant comment pourrions-nous nous désintéresser d’un sujet qui conditionne la vie des personnes que nous accompagnons ?

Mon Emile n’est pas qu’une entreprise, c’est un acteur engagé du bien vieillir ! Voilà quelques réflexions issues de ce que nous avons pu observer sur le terrain.

Prendre vraiment en compte la pénibilité

Une chose est sûre : il faut une meilleure prise en compte de la pénibilité et des conditions de travail. Nous le voyons avec les héros du quotidien que sont les acteurs du secteur médico-social, avec qui nous échangeons quotidien. Les carrières sont souvent dures physiquement et psychologiquement, les salaires ne sont pas souvent au niveau de l’engagement… nous en avons vu beaucoup arriver éprouvés à l’âge de la retraite, avec des pensions indignes de leur implication. C’est malheureusement aussi le cas de beaucoup d’autres professions, comme nous le voyons parmi les personnes que nous accompagnons.

Si des efforts ont été faits lors des réformes précédentes, il faut aller plus loin dans cette direction pour arriver à un système vraiment équitable.

Et adoucir la transition

Il est ensuite urgent de s’intéresser à la transition entre vie active et retraite. Le système actuel favorise un passage brutal d’une réalité à l’autre. C’est un mode de fonctionnement absolument néfaste pour beaucoup :

  • Parce que travailler à plein temps jusqu’au bout peut conduire à l’épuisement
  • Parce que s’arrêter d’un coup peut être cause de désocialisation, voire de dépression

Le débat se cristallise souvent sur la question de l’âge de départ à la retraite, mais ne pourrait-on pas permettre, pour ceux qui le souhaitent, d’étaler cette transition ?

Ne pourrait-on pas trouver un modèle où il deviendrait plus facile d’aménager son temps de travail, de modifier petit à petit l’équilibre entre la vie professionnelle et les loisirs ? Cette solution n’est pas la panacée, mais de ce que nous avons pu constater, elle permettrait à beaucoup d’arriver à la retraite mieux préparés et moins fatigués !

Mais ceci ne vaut que pour les seniors en emploi… parce que le vrai scandale, c’est le taux de chômage des plus de 55 ans !

Comment des entreprises, comment un pays peut-il se priver d’autant de compétences et d’expérience ? Chez Mon Emile, nous avons la chance d’accueillir parmi nos conseillers des profils de tous les âges. C’est une richesse qui devrait être plus largement exploitée !

Articles suggérés

Alzheimer

Alzheimer : Solidaires pour une meilleure qualité de vie

🧠 Comprendre la Maladie d’Alzheimer  La maladie d’Alzheimer est une forme de démence neurodégénérative, ce qui signifie qu’elle entraîne une détérioration progressive et irréversible des …

Lire la suite